FATcoin

Le FATcoin est une plate-forme d'exposition dans le salon de la librairie du KOSMOS (Zurich), où les artistes FATart peuvent présenter et exposer leur travail pendant trois mois.

#13 Michèle Scaramuzza - PLEASE SEND ME A KISS

 

6.5.2022 à 17.7.2022

scaramuzza.ch    @scaramuzza7

Küsse a.JPG

Foto: Collage der Kuss-Serie, Michèle Scaramuzza

Rencontrer l'artiste FATendezvous 30.6.2022, 18 heures

 

Discussion avec l'artiste et Martina Venanzoni, directrice curatoriale FATart.Kosmos Buchsalon, Lagerstrasse 104, 8004 Zurich

Michèle Scaramuzza: PLEASE SEND ME A KISS

Que ce soit chez Rodin, Klimt ou Munch, le motif du baiser regorge de significations artistiques et culturelles. Au début des années 1960, le baiser gagne aussi en symbolique féministe. Depuis l'aube de l'humanité, le baiser est l'un des gestes les plus universels et les plus significatifs en tant que moyen de communication, expression d'amour et acte hautement politisé.

La réinterprétation et le bannissement soudains de la proximité interpersonnelle au début de la pandémie ont été d'autant plus drastiques. Les visages ont disparu derrière les masques, le contact physique est devenu un risque pour la santé - un baiser est devenu absolument interdit.

Inspirée par ce changement social, Michèle Scaramuzza s'est tournée exclusivement vers le geste du baiser dans sa dernière série de peintures. En raison du manque de contact humain et d'intimité, l'artiste a contacté sa famille et ses amis pour demander un baiser selfie. Scaramuzza a ensuite utilisé les nombreuses photos comme modèle pour la série Kiss. Le choix du détail ainsi que la matérialité et le style de Scaramuzza servent de moyens conceptuels. La peinture à l'aquarelle laisse couler les contours – soulignant ainsi la fragilité et la fugacité d'un baiser.

La série Kiss a été lancée au début de la pandémie, l'artiste prenant rapidement conscience du pouvoir transformateur de la photographie et de son propre pinceau. "Sur le papier, le baiser semble très éphémère, presque insignifiant." Malgré le style naturaliste, les baisers de Scaramuzza semblent en réalité abstraits, presque mal utilisés et absurdes. Instantanés sans contexte, les œuvres illustrent la validité des relations personnelles ainsi que la signification culturelle et politique du baiser.

L'impermanence et la transcendance sont des thèmes constants dans l'œuvre de Scaramuzza. Née en Suisse, elle traite de la vie, de l'amour, de la mort et enfin de l'influence centrale du contexte social et politique. Les individus sont principalement façonnés par leur environnement social. La politisation de la vie est donc une partie essentielle de notre perception de soi et de notre existence - une réalité qui, pour Scaramuzza, a été une fois de plus illustrée par la pandémie. La crise mondiale a mis en évidence les inégalités sociales, soulevant des questions pressantes d'accès et de droits.

 

Qui a le droit d'embrasser qui ? Quand ? Et où ?

Après trois ans de pandémie et une fin en perspective, Scaramuzza ose jeter un regard en arrière - le KOSMOS de Zurich est brûlant d'actualité et de pertinence culturelle.  

 

L'exposition de Scaramuzza est visible du 6 mai 2022 au 17 juillet 2022 au Kosmos Buchsalon Zurich.

Texte: Maja Renfer

FATecke Archiv